Des consultations infirmières à l’hôpital Necker

Deux consultations d’infirmière sont en place à Necker dans le service d’hématologie Adulte. Inspirées de la « consultation d’annonce » prévue dans le plan Cancer en 2007, elles ont chacune un objectif distinct : expliquer le traitement et suivre le patient pendant la durée de ses cures. La consultation d’explication est proposée au patient par le médecin. Ce projet de consultation infirmière de suivi ambulatoire a remporté le Trophée « ville hôpital » des Trophées Patients AP-HP 2012. Ce prix récompense une expérience ou une action d’ouverture sur la ville facilitant le parcours du patient entre la ville et l’hôpital.

Écouter les patients

« Il s’agit pour nous, infirmières, de saisir ce que le patient a compris de sa maladie, d’évoquer le traitement, les effets secondaires, de lui expliquer qu’il peut faire appel à une psychologue, une assistante sociale, une diététicienne, qu’il peut bénéficier d’un taxi conventionné, qu’une partie de la prise en charge peut se faire à domicile. Les patients apprécient cette démarche et le temps de questions qui va avec. Certains viennent seul, d’autres en couple… même s’ils n’ont pas de questions à poser. Seuls, quelques-uns ont refusé de venir » explique Mebarka Amraoui.

«Cela nous permet aussi de mieux connaître le patient avant le premier traitement. On l’aide à s’y retrouver entre ordonnances et prescriptions, il est en confiance et devient acteur de son traitement »ajoute Sophie Jacquet une infirmière de la consultation.

Valérie Gibert, une autre infirmière conclut : « c’est une activité valorisante pour nous : on peut transmettre nos connaissances, notre expérience. L’équipe médicale y trouve un grand intérêt et participe à la démarche ».

Des consultations par téléphone

La consultation de suivi ambulatoire se passe au téléphone, lorsque le traitement de chimiothérapie débute ou lorsque le patient est traité pour une rechute.

L’intercure est une période délicate car le patient est à domicile. Isolé et forcément inquiet face aux effets secondaires du traitement et à l’impact de la maladie sur sa vie quotidienne.

Les jours et les horaires d’appel, une à 2 fois par semaine, sont définis avec le patient avant qu’il ne quitte le service.

Au cours de l’entretien téléphonique, les infirmières s’aident de grilles d’évaluation pour appréhender les effets secondaires des chimiothérapies, les habitudes de vie perturbées ou les symptômes pénibles liés à la maladie.

« Les questions posées sont ouvertes pour permettre aux patients de s’exprimer. Nous faisons beaucoup de reformulations et nous donnons des conseils en nous servant de l’expérience des patients que nous avons suivis. Nous les aidons à comprendre et à trouver les repères pour gérer la maladie dans leur vie quotidienne », explique Martine O’Neill.

« Le patient a tendance à ne compter que sur le service d’hématologie, nous l’amenons aussi à s’appuyer sur les professionnels de proximité, dont le médecin traitant. Et lorsque cela est nécessaire nous renforçons la coordination des professionnels de l’hôpital autour d’eux » ajoute Corinne Benteyn, sa co-équipière.

Des infirmières à votre chevet

Renforcer ce lien hospitalier permet d’anticiper les difficultés des patients et de ne pas perturber les programmations du service. Les entretiens téléphoniques sont retranscrits sur informatique, ce qui permet à l’équipe d’y accéder facilement.

30 patients sont suivis dans la file active depuis septembre 2009. Deux infirmières référentes du service sont détachées à tour de rôle, à raison de 2 jours et demi par semaine.