EEG de courte durée en laboratoire

Votre médecin a prescrit pour votre enfant un électroencéphalogramme ou EEG. Il s’agit d’un examen qui se déroule dans un laboratoire de neurophysiologie ou dans le cabinet de votre médecin. Votre enfant ne souffre absolument pas pendant cet examen, mais il a besoin d’être rassuré. Voici quelques informations sur les principes, les indications et les conseils pour un bon déroulement de l’examen.

Quels sont les grands principes de l’électroencéphalogramme ?

Le but de l’EEG est d’étudier l’activité cérébrale en captant depuis l’extérieur les signaux émis par les neurones. L’EEG rassemble les potentiels électriques sur un appareil qui amplifie les signaux et les transcrit pour qu’ils puissent être analysés. Ces signaux sont recueillis grâce à des électrodes posées sur le cuir chevelu et le visage. L’EEG, fait en laboratoire, met en évidence des anomalies caractéristiques présentes entre les crises, de façon permanente ou intermittente Parfois ces anomalies n’apparaissent que pendant le sommeil, en particulier chez l’enfant. Aussi, l’enregistrement devra se faire à ce moment là.

Quels renseignements apporte l’EEG ?

Chez l’enfant, l’EEG est également indiqué dans les retards mentaux, les troubles du langage, notamment dans les pertes ou les régressions d’acquisition psychomotrice à la recherche d’activités électriques pouvant aider au diagnostic, ou encore dans les comas L’EEG est une aide au diagnostic de l’épilepsie, mais il est aussi utilisé dans le suivi des patients épileptiques traités, et lors d’essais d’arrêts de traitements.

Quelles sont les différentes formes d’enregistrements EEG ?

L’EEG est adapté à chaque patient. Selon l’indication le médecin choisit les modalités de l’enregistrement On sollicite donc les parents pour nous donner le maximum de précisions sur les crises ou événements suspects pour adapter cet examen aux réponses recherchées Les différentes modalités de l’EEG sont (i) l’EEG dit standard, (ii) l’EEG polygraphique, (iii) l’EEG avec vidéo de courte durée, (iv) le Holter EEG, (v) l’EEG avec vidéo de 24 heures, et (vi) l’EEG video prolongé et prechirurgical

Comment se déroule l’examen ?

L’EEG est généralement réalisé par un technicien chez un neurologue, en cabinet de ville ou dans un service hospitalier. L’enfant ne souffre absolument pas pendant l’EEG et doit être mis en confiance pour suivre au mieux les instructions du technicien. De ce fait, les nourrissons et les petits enfants doivent être préparés psychologiquement à l’examen afin d’éviter tout stress. Pour un EEG standard, le technicien pose sur la tête de votre enfant un casque souple pour y fixer entre 15 et 20 électrodes enduites d’une pâte conductrice. Après l’examen, un simple shampoing permet d’éliminer la pâte conductrice. En revanche, après la réalisation d’un holter ou d’un EEG sur 24 heures, l’utilisation d’un dissolvant est nécessaire.

L’EEG standard de l’enfant et l’importance du sommeil

Chez tous les enfants de moins de 5 ans, l’EEG comporte un enregistrement de sommeil spontané De ce fait, la programmation des EEG est prévue en fonction des horaires physiologiques de sommeil de votre enfant, c’est à dire pendant la sieste du matin chez les enfants de moins de un an, et pendant la sieste de l’après midi entre 1 et 4 ans. Le calme et la réassurance sont de rigueur pour un endormissement rapide et efficace. L’enfant ne doit s’endormir qu’une fois les électrodes d’EEG posées sur la tête et pas dans la salle d’attente Dans la salle d’examen, une fois le casque d’électrodes mise en place les enfants sont couchés avec une lumière tamisée, une musique douce. On demande aux parents d’amener les tétines, doudous et autres objets favorisant l’endormissement, et surtout d’éviter que leur enfant ne s’endorme dans les transports avant d’arriver au laboratoire Au-delà de 4 ans, on recommande aux parents de coucher les enfants tard –vers minuit- et de les lever vers 5 heures du matin, de manière à obtenir un enregistrement de sieste après un bon déjeuner en début d’après midi. De façon usuelle, on n’utilise aucun somnifère ou autre médicament inducteur de l’endormissement. Certaines équipes sont en cours d’essais de la Melatonine Par contre, chez l’enfant épileptique, il est impératif de ne pas l’interrompre le jour de l’examen, sauf avis contraire du médecin traitant

 Comment se déroulent les épreuves de stimulations ?

Certaines situations conduisent à proposer des épreuves de stimulations. Les deux principales épreuves sont la l’hyperpnée chez l’enfant coopérant et la Stimulation Lumineuse Intermittente. L’épreuve d’hyperpnée consiste à respirer profondément et souffler pendant plusieurs minutes. Cette épreuve provoque une hyperoxygénation du cerveau et permet de détecter certaines anomalies. Elle est très utile dans l’Épilepsie Absence typique où les crises sont favorisées par l’hyperpnée qui sera donc prolongée à 2 fois 4 minutes. Dans l’épreuve de stimulation lumineuse, l’enfant est soumis à des flashs lumineux (yeux fermés et ouverts) avec des fréquences différentes. Elle permet de montrer une éventuelle sensibilité à la lumière chez certains enfants. Elle est particulièrement indiquée dans les Épilepsies photosensibles, et permet de déterminer des bandes de fréquences à réponses positives.

Qu’est ce qu’un EEG polygraphique ?

De façon systématique, l’EEG standard comporte un électrocardiogramme (ECG) pour enregistrer l’activité cardiaque et des capteurs de la respiration qui sont deux voies polygraphiques. Dans certaines indications, le médecin est amené à proposer des polygraphies plus complexes comportant des capteurs supplémentaires qui permettent d’enregistrer les mouvements normaux et pathologiques pendant l’examen. Parmi les plus utilisés chez l’enfant, il existe • Les capteurs d’électromyographies de surface proposés dans certaines formes d’épilepsies de l’enfant, placées au niveau des épaules, de la nuque ou sur les racines ou les extrémités des membres lorsqu’il y a des secousses (clonies ou myoclonies) • Les capteurs d’électro-oculogramme (EOG) dans les oculoclonies notamment, et dans l’etude des differents stades du sommeil • D’autres capteurs respiratoires (placés au niveau du nez, du thorax, de l’abdomen) permettent de visualiser la fonction respiratoire.

Qu’est ce qu’un EEG vidéo courte durée ?

Il s’agit d’un enregistrement EEG couplé à un enregistrement vidéo. Une caméra vidéo est installée et enregistre l’attitude du patient en même temps que son EEG Cet examen permet de filmer une crise en même temps que l’enregistrement. Il permet aussi de comparer de façon synchronisée les phénomènes observés comme les sursauts ou les mouvements involontaires et l’activité cérébrale électrique. Les documents d’EEG vidéo ne seront pas diffusés sans votre autorisation ecrite –consentement signé-

Un doute, une question ?

Le personnel soignant est là pour vous renseigner. N’hésitez pas à l’interroger. Le service d’EEG est joignable au 01 44 49 15 85.