Trophées Patients 2017 de l’AP-HP : le projet cinémavision en imagerie de Necker récompensé

 

Depuis quelques années l’AP-HP via le concours « Trophées Patients » récompense des actions et des expériences innovantes d’équipes hospitalières et associatives visant à améliorer le service aux patients.

Cette année c’est le projet de cinémavison en imagerie par résonance magnétique présent à l’hôpital Necker-Enfants malades qui a remporté le Trophée Patient dans la catégorie « Accueil et Accompagnements »

Un projet visant à améliorer la prise en charge du patient

Ce projet cinémavision consiste en l’utilisation de lunettes virtuelles non ferromagnétiques compatibles avec l’IRM qui permettent aux enfants (à partir de 3 ans) de voir des dessins animés pendant leur examen d’IRM.

L’IRM, n’est pas un examen douloureux mais il suscite une réelle angoisse des enfants et des parents. Cette angoisse est générée par le bruit important de la machine et par l’environnement qui est très impressionnant.Par ailleurs, pour obtenir des images de qualité, il faut que l’enfant reste immobile pendant une vingtaine de minutes. Il est donc souvent nécessaire de pratiquer une sédation voire parfois une anesthésie générale. Ce qui n’est pas, évidemment, sans risque médical pour l’enfant.

L’équipe d’imagerie est donc sans cesse en recherche de moyens et d’outils pour limiter évidemment les risques et le stress.

Le fonctionnement de cinémavision

Les lunettes sont reliées à un lecteur de DVD géré par le professionnel au niveau de la console de l’IRM. Le manipulateur en radiologie médicale a aussi un écran pour suivre le dessin animé afin de pouvoir coordonner le temps des séquences avec le temps du films (démarrage, arrêt, changement du DVD). L’enfant ainsi entend les dialogues du film et non plus le bruit assourdissant de la machine. Cette vidéo l’isole complètement de l’environnement stressant. Il se retrouve en fait dans un monde virtuel et ludique et oublie ainsi le milieu réel dans lequel il se trouve.

L’équipe d’imagerie a mené une étude portant sur le nombre de sédation : ils ont utilisé les lunettes sur 65 enfants entre 3 et 6 ans, finalement  seules 2 sédations ont été nécessaires. Il faut savoir que sans l’utilisation de Cinémavision en moyenne la moitié des enfants entre 3 et 6 ans doivent être endormis.

Cinémavision présente donc un triple bénéfice pour le patient : celui de réduire l’angoisse de l’enfant et des parents en rendant l’IRM ludique, d’éviter les risques médicaux liés à  la sédation ou à l’anesthésie et d’optimiser la qualité des images en favorisant l’immobilité du patient.