Listériose : l’importance du type d’aliment dans la virulence de Listeria monocytogenes

Listériose : l’importance du type d’aliment dans la virulence de Listeria monocytogenes

Listeria monocytogenes est une bactérie d’origine alimentaire, pathogène chez l’homme et l’animal. Elle cause la listériose, une infection particulièrement grave (lire notre fiche maladie).
Bien que toutes les souches de Listeria aient longtemps été considérées comme ayant des niveaux de virulence équivalents, l’unité de Biologie des infections de l’Institut Pasteur et de l’Inserm (U1117) et le Centre national de référence des Listeria(hébergé à l’Institut Pasteur) ont précédemment montré qu’il s’agissait en fait d’une espèce très diverse sur le plan génétique et phénotypique, avec l’existence de sous-populations (ou clones) hypervirulentes et hypovirulentes (voir notre communiqué).

Dans une nouvelle étude publiée dans Nature Communications, les chercheurs montrent aujourd’hui que les clones hypervirulents, en particulier CC1, sont associés aux produits laitiers, alors que les clones hypovirulents, principalement CC9 et CC121, sont surreprésentés dans les produits carnés et les produits de la mer. « Les clones hypervirulents colonisent mieux la lumière intestinale et les tissus intestinaux que les clones hypovirulents, suggérant leur meilleure adaptation à l’hôte », explique le Pr Marc Lecuit, de l’unité de biologie des infections à l’Institut Pasteur, de l’université de Paris et du service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Necker-Enfants malades AP-HP.

En revanche, les clones hypovirulents présentent plus de gènes de résistance au stress et à un désinfectant fréquemment utilisé dans l’industrie alimentaire, et ont une plus grande capacité à survivre et former des populations bactériennes adhérant aux surfaces en présence de faibles concentrations de ce désinfectant, ce qui suggère une meilleure adaptation de ces clones à l’environnement de production alimentaire.

Ces résultats contribuent à mieux caractériser les niches écologiques dans lesquelles la virulence et la capacité de survie environnementale évoluent chez Listeria. Ils sont aussi d’une grande importance pour la santé publique, dans la mesure où ils contribuent à mieux comprendre comment Listeria circule entre les différents milieux. « Ces résultats aideront à mieux identifier les voies de contamination des aliments pour réduire leur contamination par Listeria. De plus, ils permettront d’améliorer les recommandations en matière de consommation alimentaire pour les populations à risque », conclut Marc Lecuit.

Source
Hypervirulent Listeria monocytogenes clones’ adaption to mammalian gut accounts for their association with dairy products, Nature Communications, 6 juin 2019

Mylène M. Maury1,2,3, Hélène Bracq-Dieye1,2, Lei Huang1,4, Guillaume Vales1,2, Morgane Lavina1, Pierre Thouvenot1,2, Olivier Disson1, Alexandre Leclercq1,2, Sylvain Brisse3, Marc Lecuit1,2,5

1 Biology of Infections Unit, Institut Pasteur, Inserm U1117, Paris, France
2 National Reference Centre and WHO Collaborating Center for Listeria, Institut Pasteur, Paris, France
3 Microbial Evolutionary Genomics Unit, CNRS, UMR 3525, Institut Pasteur, Paris, France

4 Université Paris Diderot, Université de Paris, Paris, France
5 Université de Paris, Institut Imagine, Necker-Enfants Malades, University Hospital, Division of Infectious Diseases and Tropical Medicine, APHP, Paris, France

Votre avis est important pour l’AP-HP
Nous souhaiterions recueillir votre avis sur les sites internet de l’AP-HP.

Cette enquête ne prendra que 3 minutes.